Archives pour la catégorie En Route vers la Russie

Jeux de patience à Kiev

Les yeux un peu collés, mais frais comme des gardons, nous arrivons, dans la gare de Kiev. Notre première mission de la journée, se séparer de notre paquetage pour être libres de circuler dans la capitale ukrainienne. Et là, première et agréable surprise de la journée, dans le sous-sol de la gare près de la consigne, deux copines, Laura et Natacha, nous accueillent. Le bruit de notre arrivée à Kiev était donc remonté jusqu’à la capitale.

Surprises à la gare !
Nous avons ensuite expérimenté le fantastique système mis en place dans cette gare pour déposer les sacs en consigne. Nous, par réflexe, nous attendons dans la file où l’on laisse les sacs, c’est à notre tour mais ils refusent de les prendre. Nous n’avons pas les coupons !!! Nous sommes bons pour refaire une queue à un autre guichet afin d’obtenir ces fameux coupons. Ca y est, ils sont en notre possession, nous avons gagné le droit de nous joindre à une troisième file d’attente pour enfin déposer nos affaires.
Résultat, novices vis-à-vis de ce système exotique, nous avons fait 3 queues pour un total d’au moins 20 minutes d’attente. Ca nous apprendra à dire que nous étions frais comme des gardons !
Nous allons ensuite aux toilettes, munis de nos billets de train du jour, qui nous permettent – Oh ! grand privilège du voyageur du jour ! – d’avoir une entrée gratuite !!!! Je découvre alors des toilettes à la turque bien alignées, avec des petites portes dignes de box à cheval, et qui ne cachent vraiment pas grand-chose – encore moins le gros ‘Sergueï ‘ en pleine action libératrice… Un vrai son et lumière !

(Pour info : toute personne locale de sexe masculin se voit automatiquement attribué le prénom Sergueï, celui-ci étant le plus communément répandu, nous avons donc moins de chance de nous tromper…)
dsc0007.jpg dsc0013.jpg dsc0011.jpg

(suite…)

Train Dnipro-Kiev ou la découverte du Gouliat ferroviaire

Pour quitter Dnipro, nous avons été accompagnés, à la mode ukrainienne par certains de nos amis. En effet, en Ukraine quand un ami par en train, pour un voyage  aussi bien cours que long, il est d’usage de l’accompagner jusque sur le quai de la gare en attendant que le train parte. Un petit groupe nous a donc escortés pour le dernier au revoir. Sur le quai, on cherche la provodnitsa, mais il n’y en a pas… c’est bizarre cette affaire…. quand tout à coup débarque un type d’une trentaine d’année en T-shirt blanc, sans l’uniforme réglementaire. Il prend nos billets et nous indique nos places. On pénètre dans le wagon, et là grosse surprise nos places sont remplies de cadavres de vodka, bières et alcools en tout genres et autres paquets de chips. Pierre trouve la provodnitsa et tape le scandale, ce n’est pas normal qu’un gouliat ait été organisé aux places que nous avons réservés. Le temps de faire un dernier coucou à nos accompagnateurs et tout est rentré dans l’ordre. La providnotsa a passé une soufflante au type en T-shirt qui s’empresse de faire un ménage express… mais oublie de laver la table.

 

(suite…)

A Dnipro comme à la maison…

Dnipro, ce fut l’étape plaisir… plaisir de retrouver une ville où j’ai vécu il y a peu ; plaisir surtout de retrouver les amis et connaissances, comme après une absence prolongée, loin de son chez-soi. Plaisir aussi, il faut bien avouer de profiter d’être en vacances – car comme le décrit très bien Yogui, le séjour fût largement placé sous le signe du « Gouliat »… Il a d’ailleurs très bien réussi son intégration parmi la communauté des locaux, tous sensibles à son souhait de parler leur langue. Sa flasque de Slivovica slovaque a aussi été un grand atout pour lui.
Au milieu de toutes ces festivités très aïolisées comme diraient certains, j’éprouve le sentiment bizarre de revenir à la maison, mais sans en avoir une à moi… Toutefois, l’accueil on ne peut plus chaleureux de Vova nous a permis, pendant quelques jours, de nous sentir posés chez nous chez lui…
Tellement chez nous que j’ai même personnellement contribué à l’accueil de nos invités en prêtant mon duvet à ce pauvre JC dont parle Yogui et qui après un gouliat mal négocié se sentait un peu ballonné. Imaginez mon inquiétude pour mon duvet… il me trompe avec JC pour une nuit et prend le risque de me faire défaut par la suite si d’aventure JC s’était senti mal pendant la nuit ! Je n’irai pas plus loin dans les détails mais soyez rassurés, mon duvet se porte bien !
Autre info : bien que jouant à domicile, j’ai quand même appris une nouvelle règle locale auprès des vendeurs qui tiennent les stands où s’étalent bières et autres chips. Quand j’ai demandé pourquoi les bières qu’ils sortent du frigo ne sont pas fraîches, j’ai eu pour réponse : « Ben normalement à la mi-octobre il fait froid, alors on ne branche pas les frigos, les bières sont naturellement fraîches… » Je suis resté un peu con face à cette logique et j’ai pris ma bière tiède sans broncher en me disant que le vendeur disait vrai : il fait en effet étonnement doux pour la saison.

1007977.jpg  dsc0001.jpg

 

(suite…)

5 jours de retrouvailles à Dnipro… ou l’art du « Gouliat » à l’Ukrainienne

Dnipropetrovsk, c’est une assez grosse ville ukrainienne située dans l’est du pays et qui compte environ 1,2 millions d’habitants… et dans cette population et bah Pierre qu’est-ce qu’il en connaît du monde…. Conséquence on devait rester trois jours, mais on est tellement bien ici, et le programme de retrouvailles (pour Pierre qui a travaillé ici presque 2 ans), est tellement intense qu’on est resté cinq bons et agréables jours.
La tournée, des « gouliat » (mot russe qui à la base veut dire ‘se promener’ mais en pratique ce mot s’utilise pour toute activité plus ou moins ambulante arrosée de bières ou autre breuvages alcoolisés…. Bref un apéro ambulant, sympathique et festif (Message perso : Sims et Gridou, le binôme number 2 a trinqué à la votre !)

Mieux que la Saturday, la « Sunday Night Fever »
Fraichement arrivés à 3h du mat dimanche matin à la gare de Dnipro et après environ 48h cumulées de trainS, nous sommes allés faire un petit « gouliat » by night jusqu’à 7h, histoire de se dégourdir les jambes et pour moi de découvrir une ville presque inconnue. Après nous avons sauté dans notre première marchroutka pour se rendre chez l’ami VOVA (un pote de Pierre, méga cool qui nous a hébergés), il habite un appart en banlieue…. Et on commence notre séjour chez lui par une sieste !Dimanche soir, première grosse soirée retrouvailles pour Pierre avec ses potes français de Dnipro – grosse soirée démarrée chez Pierre un Breton et Laura, et poursuivie chez Benoît (dit Mr le Directeur Sud Ukraine de chez Royal Canin, et à ses heures, grand tacleur indoor de bouteilles vides…) et sa copine russo-Oudmourte Svetie…… on a même dormi là-bas, tellement on était bien !!!! Merci à vous tous, amis de Dnipro pour l’accueil et mention spéciale A Svétie pour les crêpes by night !
Conséquence : programme du lundi se limite à de la récup au calme chez Vova…

1007988.jpg  1007964.jpg  1007966.jpg

(suite…)

En duo sur France Inter depuis Dnipro

La fine equipe enfin reunie, il etait temps pour nous de reprendre contact avec l’emission ‘Allo la planete’ de France Inter depuis notre base arriere de Dnipropetrovsk en Ukraine. Malgre la fatigue, consequence evidente des festivites liees au retour en Ukraine, nous avons donne en direct quelques nouvelles concernant notre conquete vers l’est.
Pour ecouter l’extrait de l’emission du lundi 13 octobre 2008:

Et en bonus, ci-dessous deux petites photos inedites de Yogui… l’une, en pleine revision de son vocabulaire russe, bien enroule dans sa couverture favorite et l’autre en studieux redacteur de ce blog… Appreciez son serieux!

dsc0025.jpg dsc0019.jpg

On se choppe à Chop

1007911.jpgUn des moments les pires d’un voyage est maintenant derrière nous : Le Départ. Moment particulier où on est envahi par un sentiment bizarre, ce terrible partage entre l’excitation de bouger et la tristesse de laisser un moment ceux qu’on aime. Depuis mon village de Vlkanova en Slovaquie, il m’aura fallu 4 trains et 7h12 de trajet pour faire 320 km et rejoindre notre point de rendez-vous à la gare de Chop en Ukraine.
Le dernier train que j’ai pris relie Cierna nad Tisou à Chop, cette petite ligne mène de Slovaquie en Ukraine. Pour moi la première frontière de notre périple et peut-être la plus symbolique, synonyme d’au revoir à la Slovaquie mon pays d’adoption, à l’alphabet latin, à l’espace Schengen, à l’heure européenne et d’adieu à la couronne Slovaque puisque quand je reviendrai l’an prochain, ils seront passés à l’Euro.

(suite…)

Le visa russe, ça c’est fait…

Voilà! nous n’avons plus d’excuses… nous avons tous les deux obtenu notre visa de trois mois pour la Russie… enfin 90 jours comme le fait justement remarquer l’employée de service au consulat

Yogui en direct sur les ondes de France Inter

Depuis son petit village de Slovaquie, Yogui s’est offert une belle sortie en direct sur France Inter dans le cadre de l’émission Allô la planète de ce vendredi 26 septembre 2008. Outre une belle promo de sa chère Slovaquie (à ne pas confondre avec la Slovénie, rappelle-t-il!) et une rencontre avec une voisine bretonne désormais installée à Mexico, Yogui développe à l’antenne les grandes lignes de notre itinéraire… qui déroute quelque peu l’animateur !
Néanmoins, rendez-vous est donc pris pour des directs dans l’émission depuis nos destinations à venir.

Pour écouter l’extrait de l’émission:

On y apprend aussi que Yogui le breton a parfois le mal de mer au milieu des montagnes et forêts slovaques…

Pierre

Les visas et bientôt le départ…

Ca y est, le blog est en place. Il n’attend plus que nous, et nous on attend nos visas pour la Russie. Chacun de notre coté, nous avons fait les démarches envers les consulats.
Moi à Paris où j’ai pu apprécier une administration très (post) soviétique ! Encore au coeur de la capitale française, mais déjà dans le vif du sujet avec une ‘tiotia’ habillée en chemise ample rose fluo qui ne veut pas me prêter son bâton de colle pour que j’appose ma photo sur le formulaire. ‘No comment’ et encore merci au jeune homme derrière moi dans la file qui, plus prévoyant, avait pris sur lui un équipement plus complet pour affronter la rigueur de l’administration.
De son coté Yogui s’est bien débrouillé au consulat russe de Brastislava où il a rencontré le tennisman slovaque Dominik Hrbaty qui préparait ses papiers pour aller faire un tournoi à St Petersbourg. Nous voilà donc dans l’attente…

Pierre

Il était une fois |
souvenirs de vacances |
un ptit voyage en Inde |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | U.C. Berkeley
| SPQRSNSP
| Paris apartment